Aphrós
     

Aphrós

[af-ros'] De ἀφρός (« écume »), à prendre dans un sens fertile

Cette série est née dans l’énergie bouillante d'Exarchia (Athènes) avant de déployer sa matrice dans un ailleurs multiple qui porte en lui les traces, les fractures et les lignes de résistance d'une société en bout de course. Ici émergent les signes opaques d'un alphabet urbain primitif et éphémère. Là s'exhibent pudiquement des épidermes délicats et frissonnants, volupté fragile du vivant en lutte. C'est un corpus polysémique pris dans des courants profonds et contradictoires. S'y entrechoquent couleurs et matières, lignes et visages, signifiés et signifiants qui, remontés des profondeurs agitées de nos villes et de nos corps, affleurent à la surface comme l'écume de mer les jours de vent violent.
.............................................................................................

This series came into being at first within the boiling energy of Exarchia (Athens), then it deployed its matrix in many- sided elsewhere which bear the imprints, the gaps and the elements of resistance of a society on its last leg. Here the opaque signs of a primitive ephemeral urban alphabet come to the surface. There delicate, shivering skins come modestly into view, the fragile delight of life fighting to survive. This work is a polysemous corpus set into deep, contradictory flows. Colours and materials, lines and faces, signified and signifiant jostle together here, they come to the surface from the very bustling depths of our towns and of our bodies just like foam on gale days.